EVENTS

 

PROJECT

Make MOBILE PHONES WASTE-FREE – WE COLLECT YOUR END-OF-LIFE DEVICES

The Center of Cultures is a non-profit organization based in Koforidua, Eastern Region whose main objective is to participate in various activities and to raise awareness of the problems related to e-waste. Together with a local service provider and their international partner Closing the Loop we initiated a project that aims to promote the collection of e-waste in order to recycle components and to avoid its harmful impact to the environment. This is done through the development and application of new scientific and technological knowledge.

Electronic waste that is placed in a landfill pollutes the air and contaminates soil and drinking water. Especially the electronic parts and the coatings contain toxic chemicals that can result in adverse health effects when exposed to it at high levels.

What we do
The Center of Cultures collects end-of-life devices so they can be shipped to Europe for recycling where the components are transformed into new materials.

Products we collect for recycling

  • Complete Mobile phones
  • Li-On circuit board from mobile phones or laptops

How can you help?

 Do you have old phones or Li-On circuit board from mobile phones or laptops in Eastern Region or any part of Ghana?

  1. Anyone who has old scrap phones or Li-On circuit board at home can call or email us to arrange a collection point. These phones must no longer work; the condition of the phone does not matter as long as they are complete.

Please call or WhatsApp us for collection: 0544731266 (Mr. Andrew Suru Sedegnan)

Email: centerofculturesghana@gmail.com  /  info@centerofcultures.org

  1. The Center of Cultures will give you some money for your old phones
  2. Spread the word! Please forward it to at least 20 people to protect their health

How polluting are cell phones?

At least 25 million people use electronics and mobile phones in Ghana. This means there is almost 5,700 Tons of electronic and electrical waste in the country. Mobile phones contain between 500 and 1,000 electronic components. These components are made from very small amounts of precious minerals such as gold, copper, silver, other common metals such as copper and ferrous metals and plastic (shell and keyboard) and nonferrous metals (electronic cards and cables). The phones also contain heavy metals that are very harmful to human health. Those heavy metals and chemicals are harmful to the environment if they are thrown in the trash or in the natural environment. They end up in landfills where they are burned.

What your phone is made of:

Mercury used in lighting systems for flat screens is a dangerous substance. Prolonged exposure to mercury can damage the brain and nervous systems of children and fetuses.

Materials used for the assembly of electrical components such as lead can damage the endocrine or nervous systems and fetal immune system.

Cadmium is a toxic substance in rechargeable batteries.

Pier in nature, the battery can contaminate 600,000 liters of water and cause damage to the kidneys and bones of living beings.

Bromine flame retardants (BFRs) used in the phones’ circuit boards and plastic case are burned in open piles and release deadly toxic emissions. Prolonged exposure can affect the immune system and causes brain damage and cancer.

Beryllium copper is a highly toxic chemical which may cause lung damage if not incinerated in specialized factories.

PVC is a chlorinate plastic used for insulating electrical cables. Incineration or burning may release highly toxic dioxins (poisonous) and slow to degrade our land or environment.

In short, “We are not only concerned about what planet we leave to future generations, but also about what generations we leave to the planet”

The good news is: by collecting scrap phones, most minerals and metals can be recovered and recycled. We need your help to protect our environment and human life. Call us or email us if you are ready to give out your scrap phones.

 Thank you.

Mr. Andrew Suru Sedegnan

President, Center of Cultures

Phone: 0544731266

Email:     info@centerofcultures.org    /   centerofculturesghana@gmail.com

 Please: You can also follow us on Facebook

 

 

PROJECT: CLUB RFI – KTU

On September 4th, 2017, Mr. Andrew Suru Sedegnan (President, CENTER OF CULTURES) began his National Service in Koforidua Technical University (KTU) precisely at the Language Directorate-KTU He decided to create Club RFI-KTU during the service period, 2017/2018 academic year. This project is to be established in a long-term plan and it is targeted especially at the youth for both internal and external interested persons in Koforidua Technical University and its environs with about twelfth (12) strong projects in the year coming.

NB: Please, kindly see our 2018 action plan projects.

 

DESCRIPTION

RFI= Radio France International

1-This creation will be made in several stages. First, there will be a search for information on the ground concerning the audience of the Radio KTU and in the other main Districts of Eastern Region. It emerged that the RFI is more or less listened to on the Eastern Region, mainly by Francophone nationals living in Koforidua and other districts. Ghanaians who listen to RFI are either hooked to the pages of information in English, or are learners of the French language who seek to perfect their language skills.

2-Then, always with the aim of installing a CLUB RFI-KTU, it will be question to make an inquiry to know what people would like to gain or get by being part of an Club RFI. The majority of Ghanaian students find no interest unless they learn French. Francophone students living in and around Koforidua are more interested in information and news about their home countries. The others (employees, tourists) would like the club to bring them what they lack most: distraction. Following this approach, the CLUB RFI-KTU will soon be created in September 2017going at Koforidua Technical University.

3-The first activities of the club will be mainly centered on the francophone public in KTU and the other districts. In this way, “francophone evenings” in boxes and collaboration with the organizers of the annual tournament called “Tournoi de l’Amitié” will take place.

OBJECTIVES

In a few months, a three-points actions plan will be released at a general meeting in March: • Promotion of the French language in Koforidua Technical University (KTU) and on Ghanaian territory.

  • Promotion of RFI and Radio KTU in the Campus and Ghanaian territory.

   .Promotion of Koforidua Technical University (KTU) among the nations.

Note: Considering these three points for the plan of action, considering the ideals of the club and the current imperatives, a program of activities will be established over a calendar year and will be adopted. The program will be available in Koforidua Technical University (KTU) and the pages of the site. In February 2018, the club will record its program at the Alliance Française in Accra. The program will be broadcast on World Radio on the one week after the recording.

PROGRAMME OF ACTIVITIES

PERIOD  ACTIVITES  

DETAILS

 

 October,2017 Francophone Radio broadcast live from a public place  

Monthly emission; negotiation with Radio-KTU FM for a remake of the program “Rendez vous avec la France”; sponsors; programming studied in relation to the target audience.

 

December,2017  

Actor of production of the theatrical performances of the French primary schools clubs and KTU of the Eastern Region.

 

Establishment of a theatrical competition for the selection of the best artistic groups; audio visual recording of group performances; negotiation with Radio-KTU channels and TV for production and media coverage.
 January,2018  Novels and Radio serials  

Reading of African informative stories, evening stories, in French by KTU Students; collaboration with selected schools; negotiation with Radio-KTU FM.

 

March, 2018  

Soccer Tournament with 3rd age

 

 

Entertainment for managers and other managers of companies and companies resident in Koforidua and surroundings; new target audience for the club.

 

 July,2018  

International camp for bilingual youth

 

 

Grouping of young people in the region around three main themes: languages, entrepreneurship and health. Conferences, forums, lectures, initiatives, games.

 

Auguest,2018  

Season holidays- games and entertainment

 

Various typically African games open to the public; holidays and distraction on a background of Francophone atmosphere.
September,2017-2018

 

Partnership with various organizations, organize and launch various activities.  

CENTER OF CULTURES – Memorandum of Understanding (MoU) with Language Directorate-KTU and Radio-KTU.

BONELEC Ltd– Launch of the FRANKOFONIA Concept

AXXION CLUB– Launch of Friendship Day; organization of the bilingual scrabble tournament on KTU Campus.

CCIF– Launch of the bilingual website on KTU Campus.

CERPI– Organization of various activities

 

-Etc

 

 

OUR FUTURE SPONSORS

On this page we will provide links to information about our future sponsors.

KOFORIDUA TECHNICAL UNIVERSITY(KTU), LANGUAGE DIRECTORATE-KTU, CENTER OF CULTURES, RADIO-KTU, NEW JUABEN MUNICIPAL ASSEMBLY, BONELEC GHANA, AXXION CLUB, CLUB DE FRANÇAIS DE LEGON, FRENCH OUTREACH PROGRAMME , WORLD TOUR, Radio France International, ICPS, French Embassy Ghana, Alliance France, MEDIA PREZENSA, VIBE FM, RADIO UNIVERSE, ALLIANCE FRANCAISE, CELPS, Bonelec, etc…

 

BECOMING A MEMBER
Who can join?  Any Francophone person residing in Ghana can be a member of the RFI-KTU club. Anyone who loves the French language and who wants to promote the ideals of RFI Radio to KTU and the Eastern Region people and students can join the RFI-KTU club. Benefits in joining / Benefits  Our members have several advantages. They have the possibility to: • participate in socio-educational activities that allow for the development of society and the learning and improvement of language skills (particularly French). • meet people from different backgrounds and make new friends. • make their voices heard on world radio.

How to join? To join the club, you must fill out an application form. This form is available: • At Language Centre-KTU in which we are located. Two membership passes and a sum of twenty Ghana cedis (GH ¢ 20.00) must be attached to the membership form.

 

NEED / DEMAND
                                           (OFFICE   PORTFOLIO)
STATIONERY  1. Files 2. Ring Binders 3. Folders 4. Bulldog clips 5. Paper clips 6. Post – it 7. Fountain pens 8. Staples removers 9. Staplers 10. Staples 11. Pencil sharpeners 12. Notebooks 13. Notepads 14. Clipboards 15. Pencils 16. Pen (blue, red, black) 17. Card index / catalog card 18. Correction fluids 19. Highlighters 20. Markers 21. Glue sticks 22. Envelopes 23. CD – Roma

  1. Projector for presentation.
  2. Etc.

COMPUTING 1. PC (2) 2. Laptop (2) 3. Flash drives / USB Drives 4. Digital Camera (2) 5.  Headsets with recording. 6. Mobile phones 7. Modems (MTN/VODAPHONE/)

  1. Web cam.

BAGS FOR GROUPS 1. Backpack / Rucksack 2. Hold all / Duffel Bag 3. Briefcase.

CLOTHES FOR GROUPS (different size) 1. T – Shirts/shorts (different sex) for programme and workshops 2. Suits for presentation (missions, research, conferences etc…) (different sex and size)

Motor BICYCLES FOR GROUPS 1. YAMAHA – AG 100 (2) for male. (Optional)

2-YAMAHA 80 (1) for female. (Optional)

CAR FOR MISSIONS

1- TOYOTA or NISSAN 4X4 (1). (Optional)

EXTERNAL SUPPLIES 1. Petroleum Product (fuel etc.) 2. Maintenance and repair (motorist) 3. Maintenance costs and repairs machinery 4. Commission Assistant / Technical Assistant 5. Fees (website, telephone, postage) 6. Other exterior services

  1. Etc.

 

 

PROJET

ATELIER DE CREATION

RAPPORT DE NOTRE PREMIERE RENCONTRE AVEC LES ENFANTS DE KOFORIDUA

JUIN 2016 au DECEMBRE 2017

Pour présenter les quartiers de KOFORIDUA nous choisissons de rencontrer ceux qui se sont exclus de la société : ces << enfants des rues>>, qui survivent justement dans ces quartiers des affaires.

Le problème est d’abord de rencontrer ces enfants, de rester avec eux suffisamment de temps et dans un endroit discret et calme pour qu’ils puissent trouver leurs propres idées et les exprimer.

Nous arrivons dans les lieux en taxi et motos en location. Nous avons repéré un, puis deux enfants de 9 à 10 ans.

Nous nous arrêtons et nous leurs demandons de chercher d’autres enfants. Mais ce sont les plus grands qui arrivent. Ils ne veulent pas que les plus petits parlent hors de leur présence ; ils sentent probablement qu’un marché est possible ; ces petits-là ne semblent pourtant pas faire partie de leur groupe. Ils sont de plus en plus nombreux.

Peut-être avons-nous trop peur nous-mêmes de leur situation ou de leurs demandes ; nous nous croyons menacés. Nous préférons quitter ce groupe et aller voir plus loin. Nous reprenons notre chemin en voiture pour qu’ils ne nous suivent pas. Nous ne sommes pas fiers.

Nous trouvons assez rapidement un deuxième groupe d’enfants. Les plus jeunes ont 10 ans et les plus âgés environ 16 ans. Nous nous installons par terre à l’abri d’un parapet de béton. Ils s’asseyent autour de nous. Nous disons nos noms, nous expliquons qui nous sommes et pourquoi nous sommes là. Ils donnent aussi leurs noms et âges.

Kesé parle le premier. Il a 12 ans, mais parait beaucoup plus jeune. Son père et sa mère sont séparés. Le nouveau mari de sa mère disait que << je ne suis pas son fils et que je ne peux pas rester dans la maison >>.

Kesé est allé chez son père, mais là aussi la <<marâtre>>, la nouvelle épouse de son père le maltraite et ne donnait pas d’eau pour qu’il se laver. Il n’avait pour manger, que les restes des autres enfants. Alors il a décidé de les quitter. Tous ont vécu à peu près la même chose. Ils le racontent d’un ton monocorde, comme s’ils récitaient quelque chose qui ne leur appartenait plus.

Edinam est dans la rue depuis 3 ans, il avait donc 14 ans en arrivant, comme Alex aujourd’hui, qui n’aimait pas aller à l’école (il est le seul à dire ça) ; << A l’école, y a rien !>>.

Kwakou et Joe étaient battus. Atchou  parle d’une voix très douce. Il semble avoir vécu des évènements graves : son père, ses grandes sœurs ont été tués en Cote d’Ivoire  au cours de la guerre… il a fui son pays. Il sait ou est sa mère. Sa maman s’est mariée à un homme togolais qui manifeste sa méchanceté vers Atchou qu’il ne veut pas le voir dans sa maison. Mais sa maman l’aime beaucoup. Il manque d’habits et de moyens pour reprendre l’école. Tous voudraient retrouver leurs parents. Ils ont refusé l’injustice et les coups. Ils ont choisi de quitter leur campagne. Ils dorment dans les chantiers et au marché, exposés aux dangers de la drogue et les trafics. Des adultes les aident quelquefois. <<C’est la faim qui gêne>>.

Que seront-ils plus tard ? Ils veulent devenir menuisier, couturier, mécanicien…Aujourd’hui, Kesé veut trouver 20cedis pour acheter une boite de chiwigome et bonbon et les revendre à l’unité. Le prix de sa liberté, pense-t-il.

Ce qu’ils voudraient<<dire>> aux autres ? <<Nous aider à rentrer chez les parents. Nous donnons des habits, une maison, un travail…>>

Quels récits inventent-ils ?

Ils n’ont pas de recul. Ils ne peuvent raconter qu’une seule histoire qui leur prend toute la tête : la leur. Que pourraient-ils inventer d’autre ?

L’un d’eux, à peine 12 ans semble-t-il, est allongé à même le trottoir ; il dort profondément. Il drogué. <<Le crack>>, commente un autre enfant qui le frappe à coups de pieds pour qu’il se lève. Car le gardien du parking, près duquel nous sommes rassemblés, vient nous demander de partir. On gêne.

De toute façon, ils partent déjà. Au moment de dessiner, sans doute par manque de confiance en eux, ils demandent à d’autres enfants de la rue, un peu plus âgés qu’eux, de venir dessiner à leur place. Ils ont réalisé 3 dessins : une automobile sur une route courbe, un personnage poilu qui montre sa force et un portrait de moi (<<moi-André>>), avec le petit magnétophone, pendant que je les interroge.

Nous sommes les seuls à vouloir solliciter la créativité des <<enfants de la rue>> dans la région. Ailleurs, dans d’autres départements du Ghana, des ONGs travaillant ont créé des centres pour venir en aide aux enfants errants. Ils prennent en charge des dizaines enfants qui erraient dans les rues, leur dispense soins constants (logement, nourriture, habillement, soins médicaux…) et éducation scolaire et artistique.

Aidant les enfants à acquérir une maitrise des arts, CENTER OF ULTURES  prétend créer un centre  d’orphelinat et diffuser leurs créations au Ghana et à l’étranger, afin de faire mieux comprendre le phénomène de l’enfance errante, d’en corriger la perception publique.

Un remarquable travail de photographie, de dessin et d’écriture de poèmes a été effectué.

Une exposition circule. Une publication est en cours de préparation.

 

NOTRE PREMIER RENCONTRE AVEC LES ENFANTS DE NIAMIKROM

Edjékoum habite à Niamikrom dans District de New Juaben.

Au début, elle demande à des enfants qu’elle reconnait dans la rue de venir dessiner chez elle. Ils s’installent, 4 ou 5 à la fois, avec nous autour de la table. Nous leur expliquons qui nous sommes, ce que nous voulons faire. Ils disent leur nom, leur âge, ce qu’ils veulent faire plus tard. Les enfants de 8 ans sont sans doute trop jeunes pour ce que nous voulons faire. Ils énumèrent ce qu’ils ont dessiné (<<Une maison, un monsieur, une voiture, un autre monsieur>>), mais ils ne construisent pas une histoire. Quelquefois ils se taisent. Souvent ils parlent peu ou pas du tout l’anglais. De 10 à 12 ans, ils dessinent des personnages ; les garçons pour la plupart dessinent des jeunes de football (c’est la coupe d’Arique) ; les filles sont plus intéressées par des histoires de jeunes gens qui veulent se marier et rencontrent l’hostilité des parents. Les enfants se connaissent peu entre eux et leurs histoires restent séparées.

Nous sommes impuissants à les faire se rencontrer.

Après trois séances très décevantes, Pascaline demande a Alexis, qu’elle connait bien, de venir le lendemain avec 3 ou 4 de ses amis.

Edjékoum reviendra avec ses camarades : Isaac, Yao et Tao ; Winfred, la seule fille du groupe, a dit qu’elle les rejoindrait plus tard.

Edjékoum a 13 ans. Il est orphelin de père et de mère à l’âge de 8ans. Il a 4 sœurs, il est le plus jeune. Plus tard, il sera médecin ; il soignera les autres.

Isaac a 12 ans. Sa mère est ménagère et son père cultivateur. Plus tard, il sera footballeur le No 10.

M a 10 ans. Il a 3 petits frères, 2 sœurs et 4 frères plus grands que lui. Son père est forgeron. Plus tard, son père nous recevra dans le pavillon familial très meublé, richement décoré, équipé des appareils de télévision, Hi-fi, téléphone, répondeur les plus récents (ce qui nous étonne beaucoup).Tao a 14 ans  comme Edjékoum. Son père est décédé il y a un an : il s’occupait d’une société de transport à Accra . Sa mère est institutrice. Plus tard, il veut être producteur de films africains, des films qui raconteront <<Le mal,  douleur, la vengeance et les souhaits>>.

Pendant 10 minutes, chacun dessine un début d’histoire, puis le raconte aux autres. Toutes développent d’une manière ou d’une autre le thème de l’enfant contraint par un plus grand( ou un adulte) qui l’empêche de jouer. Très rapidement une synthèse s’organise et les 4 histoires deviennent une seule.

 

NOTRE PREMIER RENCONTRE AVEC LES ENFANTS DE MANPO

Les petits papillons de la ville de MANPO, ou nous rencontrons le 3em groupe d’enfants sont construits à merveille avec de petits jardins et magasins.

Kosi a 11 ans, elle en parait d’avantage. Elle posée et décidée. Elle veut devenir plus tard juge pour enfants. Son petit frère, Issaka a 8 ans ; vif et touche-à-tout il ne tient pas en place. Autour d’eux sont venus le cousin Gorge, grand gaillard de 14 ans, deux voisins et une voisine ; Komlan a 11 ans, Laté a 12 et Mavis sa sœur, 9ans. Il veut devenir ingénieur électronicien et elle  police. Le groupe se connait bien et rit beaucoup. Ça devrait marcher, pensons-nous.

Récit de Kosi :

Kosi raconte une ambiance tendue de la vie quotidienne d’un couple. Nonchi,la femme regarde la télévision ; le mari est à la pêche. Lorsqu’il revient à la maison, il voit que le repas n’est pas prêt. Il demande à la femme de préparer le poisson qu’il a rapporté et de le braiser. Puis il veut son jolof (la pate rouge), mais il n’y en plus. Il donne à son épouse de l’argent ; elle va en acheter. Alors, c’est le repas qui est froid ; il n’y a plus de charbon. Meme jeu : il donne de l’argent à l’épouse qui va en acheter. L’homme finit par manger ; <<il en garde un peu pour sa femme>>.

 

Récit de Gorge

Un enfant n’était pas autorisé à sortir de la maison ; sa mère le lui avait interdit. Il est sorti quand même et, dans les escaliers, il est tombé dans la mer.

Un jour, sa mère lui dit encore de ne pas sortir. Il sort pourtant en brousse….et les arbres tombent sur lui. Il est mort, cette fois.

 

Récit de Komlan

Une petite fille pleure parce qu’<<elle a été enceintée>> et qu’elle ne peu plus retourner à l’école. Elle est chassée par sa famille ; elle aura son enfant seule.

 

QU’ONT RACONTE LES ENFANTS DANS CES PREMIERES HISTOIRES ?

D’une façon générale, les enfants de Koforidua comme ceux de Manfi  ont tous parlé de l’injustice qu’est la pauvreté et de l’importance de l’école pour pouvoir s’en sortir ; <<elle est source de progrès>>. Ils ont aussi abordé l’injustice plus banale, mais quotidienne, du petit exploité par les plus grands et de l’autorité abusive que peuvent exercer les adultes et en particulier le père. Les deux groupes ont évoqué l’actualité du moment : les garçons de…ont parlé de football, dont la coupe du monde occupe à ce moment-là les petits écrans de toute la planète. Les enfants du quartier résidentiel ne l’ont pas évoqué ; ils ont abordé des grand thèmes généreux plus abstraits comme << arrêter de couper les arbres, le désert avance>>, <<aider les déshérités, ce n’est pas leur faute>>….Ils ont évoqué la guerre ou deux ethnies, Afrique, se sont entretuées quelques mois plus tôt en Cote d’Ivoire. Les enfants de NIAMIKROM n’en ont pas parlé.

Tous les enfants ont évoqué les <<enfants de la rue>>.

Les <<enfants de la rue>>, eux, n’ont pas pu parler que d’eux-mêmes. Nous avons ressenti leur grande sensibilité, mais aussi leur fragilité et leur besoin d’affection. Il est important qu’ils s’intègrent à la création du dessin animé, mais dans d’autres conditions.

Il nous faut trouver des volontaires, des donateurs, des partenaires au développement association au niveau locale et international, afin que nous puissions, dans le calme, prendre le temps nécessaire à l’expression de leurs idées originales et de leur imaginaire.

 

FIN DU PREMIER TOURNE

Nos idées sont devenues un peu plus claires.

Nous avons entrevu les réalités quotidiennes des enfants et suscité leur imaginaire. Nous savons maintenant comment nous pouvons travailler. Avec l’aide de notre petite équipe, ces enfants qui mènent, dans la même ville et campagne, des vies extrêmement différentes, pourront inventer et dessiner une histoire suffisamment complexe pour que les contradictions entre leurs vies s’y trouvent représentées.

Nous quittons donc provisoirement nos jeunes enfants pour prendre un peu de distance et rédiger, loin la Région Est du Ghana, le projet de notre atelier de création.

-Pendant un mois, nous ne voyons plus les enfants de Manfi, Koforidua et Niamikrom.

Après avoir construit le dossier, il faut le démarcher en direction du groupe des Volontaires Humanistes, les organismes, les Maitres du mouvement humaniste et autres  etc… au niveau local et international et trouver les moyens nécessaires à la mise en œuvre du projet.

 

END